Lettre de la fabrique, février 2020

Une Scic à la pointe de la tradition et de la modernité

Lettre de la fabrique, février 2020

J’ai souhaité attendre
le bilan réalisé avec le cabinet comptable pour écrire cette
deuxième lettre de l’année 2020. Une réunion s’est tenue la
semaine passée avec la CGMA pour un rendu du bilan de l’année
écoulée. Le chiffre d’affaires global, comparé à l’année
précédente, est en progression et ceci est à mettre au crédit du
personnel qui travaille quotidiennement à la Fabrique. Il s’élève
cette année à 134 639 euros.

Pour mémoire, il était
de 168 010 euros sur une période passée de 19 mois en 2018, et non
de 12 mois.

Si les frais de
fonctionnement diminuent fortement, à la suite de diverses économies
réalisées, il est à noter la hausse sensible des loyers, qui sont
à présent alignés mensuellement, sans appel de régularisations en
cours d’année. Les salaires chargés représentent 72% du chiffre
d’affaires hors taxes, contre 70% l’année précédente. Nous
subissons aussi la fin du dispositif CICE (Crédit Impôt
Compétitivité Emploi) qui représentait 6000 euros en 2018.

Guilhem BASTIER, chef de l’atelier, au tour.

Il n’est pas question
d’aligner dans ce courrier trop de chiffres, mais simplement
d’insister sur une situation qui reste fragile, analysée au 31/12 de
l’année. D’un point de vue strictement comptable, il serait
d’ailleurs plus judicieux de faire cette analyse fin septembre par
exemple, à un moment où la trésorerie est saine et le stock réduit
à la fin de la période d’été.

Le résultat comptable au
31/12 se solde de manière négative par une perte de 5479 euros sur
l’exercice. Le résultat reste déficitaire, tout en se réduisant de
6,6% en 2018 à 4,4% sur 2019.

Il est donc impératif
que la Fabrique continue d’évoluer, de produire, de vendre,
d’attirer de nouveaux clients, réfléchisse à de nouveaux
débouchés. Les emplois d’aujourd’hui sont indispensables au bon
fonctionnement de l’atelier. Les interventions extérieures seront
réduites cette année, mais il est nécessaire de produire beaucoup
dans cette période hivernale, qui prépare les évènements des mois
prochains (Marché des Poteries de Terre Vernissée en juin,
Exposition Jérôme Galvin qui fera venir un nombreux public dans
l’enceinte de la Fabrique, Exposition à Hauterives, installation des
deux ateliers relais pour des céramistes dès le mois d’avril,…).
Nous savons bien que les mois d’hiver sont « difficiles »
à passer, c’est le lot de tous les céramistes. Il nous faut tenir
bon pour être au rendez-vous de l’été.

Estelle, stagiaire au CNIFOP, a passé une quinzaine de jours à l’atelier.

La production est de
qualité, belle, régulière et variée. J’ai une confiance totale en
l’investissement constant du personnel de la Fabrique, qui donne le
meilleur à tout moment, dans une belle ambiance de solidarité. Nous
devons réussir, prouver que ce modèle est fiable, pour répondre à
la confiance placée en nous par les particuliers, les entreprises
amies et les collectivités, dont la mairie qui poursuit son effort
sans relâche. La phase 2 des travaux touche d’ailleurs à sa fin, la
phase 3 ayant été approuvée par le conseil municipal.

Année de Marché,
d’exposition, année charnière, en terme de visiteurs potentiels. Il
nous faut développer les outils de communication, mieux nous faire
connaître. Je réunirai, dans les jours qui viennent, le Comité des
Sages pour une analyse partagée de la situation comptable, avant la
tenue de l’Assemblée Générale en mars-avril, qui verra peut-être
d’autres actionnaires nous rejoindre et qui permettra de présenter
ce bilan de l’année écoulée.

Cathy GEORG travaille les assiettes calibrées par ses soins.

Le printemps arrive, les
beaux jours reviennent, les fleurs éclatent sur les amandiers de la
commune. La Fabrique de Poteries de CLIOUSCLAT a aussi besoin d’un
beau printemps, elle le mérite !

La deuxième phase des travaux avance à grands pas. Finition des ateliers relais réservés à de jeunes céramistes. Début avril ?

Je vous remercie de votre attention et de votre lecture.

Jean-François GONTARD, Gérant de la SCIC.

Partager