Mieux nous connaître

Une Scic à la pointe de la tradition et de la modernité

À l’origine du projet, il y a le rachat par la commune de CLIOUSCLAT de l’ensemble des bâtiments. C’est sous le mandat de Sylvette COURSE que cette acquisition s’est faite et dire aujourd’hui que cette décision du conseil municipal de l’époque est une décision extraordinaire n’est pas peu dire. Tout ce qui se fait aujourd’hui n’est que la continuité logique de cette heureuse et fort courageuse décision, prise à l’unanimité. Le conseil municipal actuel, présidé par Bertrand DELALLE a poursuivi et développé le projet, le phasant en quatre tranches de travaux.

La vie de l’atelier a repris.

L’atelier pendant les travaux.

Acquisition faite par la mairie, un potier, tourneur polyvalent, était pressenti pour reprendre et redonner vie à l’atelier. Le projet, modeste au début, n’a pu aboutir et c’est alors que Richard ESTEBAN est entré dans le jeu. Ancien tourneur et amoureux de la poterie de CLIOUSCLAT, où il avait fait ses premières armes, le « patron » de la Poterie d’AYGUES VIVES a permis de redonner vie, dans un premier temps, à la boutique, vendant là sa production, embauchant une employée (Isabelle GONTARD), pour assurer la continuité. Le rôle de Richard ESTEBAN est primordial, car il permit au public nombreux de revenir à CLIOUSCLAT et à acheter de la poterie de terre vernissée. Certes, l’atelier ne fonctionnait que lors d’événements ponctuels, mais le dynamisme et l’enthousiaste de Richard ESTEBAN ont sauvé l’activité future et ont aussi permis à l’Association CLIOUSCLAT D554, sociétaire de la SCIC, de remettre à l’ordre du jour le Marché des Poteries de Terres vernissées, devenu biannuel, et des expositions de grande renommée. 2015, 2016 et 2018 ont ainsi regroupé, en été, des milliers de visiteurs dans les rues du village. L’émission consacrée par France 3 à la Poterie décrit bien le rôle joué par Richard ESTEBAN et montre son enthousiasme. Sans ce qu’il a apporté, rien ne serait de ce qui est aujourd’hui.

Une vue de l’enclos, les pots de jardin, une reprise de cette activité.

Pendant deux années, à la suite de la réouverture de l’atelier et de la reprise de l’activité potière, la boutique a été partagée entre la production locale et la Poterie d’AYGUES VIVES. C’est à Richard ESTEBAN que l’on doit aussi l’espace « invités » de la boutique, qui a permis à la Poterie de SAMPIGNY LES MARANGES, de François FRESNAIS et de Sylvie DIDIER, d’exposer et de vendre leur production de terres vernissées. Cette tradition se perpétue aujourd’hui avec la production personnelle de Guilhem BASTIER, qui n’est autre que le chef de l’atelier actuel de la SCIC.

Stephane Thebault, le présentateur de l’émission La Maison France 5 et Isabelle Gontard, décoratrice à la SCIC La Fabrique de Poteries de CLIOUSCLAT

L’aventure se poursuit donc. Georges BERREBI a mis toute son énergie et son savoir, en tant que premier gérant bénévole, à placer la toute jeune SCIC sur de bons rails. Il a accompli un travail remarquable, permettant un équilibre financier durable, même s’il demeure fragile, et l’embauche de trois personnes à temps complet, plus un mi-temps actuellement, pour redémarrer l’activité potière dans de bonnes conditions.

Le principe de la SCIC en est simple. Un gérant est élu par une assemblée générale ordinaire, chaque représentant ayant une voix seule et unique, quel que soit le nombre de ses parts dans la société. La SCIC fait partie intégrante de l’Union Régionale Rhône Alpes Auvergne des Coopératives. À ce jour, ce sont plus de 120 personnes physiques, morales, représentants de sociétés locales, de collectivités territoriales, qui ont contribué au redémarrage de l’activité.

La deuxième phase des travaux, qui sera terminée au début de l’année 2020, permettra l’installation de deux ateliers d’artistes céramistes à résidence, pour une durée maximale de deux années, permettant une aide importante à l’installation de nouveaux céramistes. Cet apport devrait être une évolution importante dans la vie actuelle du site.

De son côté, la SCIC Fabrique de Poteries a reçu dans son atelier trois artistes renommés, ayant une activité plutôt orientée vers la peinture et venus travailler la terre : Dalva DUARTE, qui vit en Ardèche et qui a exposé cet été à l’église Sainte-Foy de MIRMANDE, Thomas FOUGEIROL, qui travaille à PARIS et à NEW YORK (Thomas a été un des premiers artistes à exposer à la Galerie L’Œil Soleil de Jacky et Michel MALY) et Nathalie LETE, qui vit et travaille à PARIS, et dont le travail pictural prend différentes formes, variées et originales. C’est aussi une évolution souhaitée par l’équipe actuelle de l’atelier que de s’ouvrir à des horizons nouveaux.

Partager